« IMA: retrouver l'équilibre »

Entrevue

Voir ses rêves devenir réalité est extrêmement gratifiant, mais le chemin pour y parvenir n’est jamais sans embûches. La chanteuse Ima en sait quelque chose. C’est pour cette raison qu’elle se fait un devoir de se rappeler que, peu importe le nombre de fois où l’on tombe, l’important est de se relever et de garder la tête haute. Rencontre avec une fille en quête d’équilibre.

Celle qui, depuis quelques mois, a vu sa vie se transformer pour le mieux grâce à la maternité, est infiniment reconnaissante. Malgré un contexte familial hors norme, elle considère ce choix comme étant le meilleur qu’elle ait jamais pris. « Quand je suis tombée amoureuse du père de Siam, je savais que notre relation n’aurait rien de banal, s’empresse de dire la chanteuse. Il est musicien et réside en Australie depuis près de 20 ans ; alors, je savais bien qu’il faudrait user de compréhension et de beaucoup d’amour pour que tout ça tienne la route. J’ai la chance d’avoir un petit garçon fantastique, en santé, et qui me permet de traverser cette nouvelle réalité avec une immense gratitude. Je découvre présentement les plus grandes joies de la vie à la vitesse grand V. »

L’arrivée d’un enfant représente l’un des plus grands bouleversements qui soit. En plus de devenir le meilleur guide pour nos choix futurs, il transforme souvent le regard que l’on posait sur sa propre existence. À ce propos, la nouvelle maman précise : « Mon fils a fait jaillir en moi une immense empathie, particulièrement envers ceux qui élèvent leur enfant, seuls. Parce que de le faire à deux, c’est déjà tout un exploit ; alors, imaginez quand tout repose sur les épaules d’une seule personne ! J’ai appris tellement de choses sur moi depuis l’arrivée de cet enfant. Je savais que j’étais quelqu’un d’organisé, mais là, c’est fois mille. J’accueille avec sagesse tout ce qui est nouveau et ce que je ne contrôle pas. J’apprends à laisser tomber ces petites choses auxquelles je tenais tant avant, mais qui, aujourd’hui, n’ont plus la même importance. Par exemple, je pouvais perdre un temps fou à me soucier de mon style vestimentaire, alors que maintenant, tout ce que je cherche, c’est d’abord le confort. »

Le défi qui guette Ima est celui de bien d’autres parents ; soit cesser de penser que tout ce qui existait avant l’arrivée d’un enfant reprendra exactement la même place. Heureusement, certains deviennent des experts du lâcher-prise. « J’étais déjà à un moment de ma vie où je pratiquais quotidiennement cette doctrine, enchaîne Ima. Comme tout va si vite présentement, je me donne le temps de retrouver mon rythme. Je ne tiens pas à ce que tout roule à la perfection. La beauté de l’aventure, c’est que je me rends compte à quel point les femmes, dans de telles circonstances, sont infiniment flexibles. Nous sommes des guerrières qui réussissent parfois à réaliser l’impossible. »

Depuis plusieurs années, le yoga, ainsi que la méditation, sont devenus le moteur de l’existence de l’artiste. Ima avait établi une harmonie entre son corps et ses pensées. Elle était outillée pour faire face aux aléas de son quotidien ; mais quand le temps nous manque et que la fatigue est omniprésente, est-ce possible de maintenir cet équilibre ? « Honnêtement, pas pour l’instant, car j’ai l’impression que mon corps appartient un peu à quelqu’un d’autre, en l’occurrence à mon fils. Aussi longtemps que je l’allaiterai et qu’il ne fera pas encore ses nuits, je resterai physiquement entièrement dévouée à lui et à ses besoins, mais je sais que ça reviendra. » La chanteuse mentionne avoir tenté, les deux premiers mois après l’accouchement, de poursuivre ses classes de yoga avec bébé, mais elle reconnaît avoir vite réalisé que ce n’était plus possible. « Ça me manque tellement, tout comme la méditation, mais j’accepte que, pour l’instant, il existe d’autres façons de connecter avec moi-même. Je fais davantage de marches, je reste plus longtemps à l’extérieur et, quand je vais dormir, je tente de faire quelques minutes de méditation pleine conscience. Je ne me tape pas sur la tête, je tente simplement d’être bonne envers moi-même », confie-t-elle, en soulignant que d’avoir un enfant implique de grandes adaptations. « Le yoga, ce n’est pas juste les asanas, c’est aussi un mode de vie. Je cherche donc tout doucement à rétablir l’équilibre entre celle que j’étais et celle que je suis en train de devenir. »

Le yoga est entré dans la vie d’Ima en 2001. C’est son professeur de chant, qui était aussi son mentor, qui lui a appris à méditer et à faire de la visualisation créatrice. « Cet homme était tellement inspirant. Il était mon père spirituel. Je me souviens l’avoir trouvé un peu spécial au début, car je ne saisissais pas l’essentiel de son approche. J’étais dans une période de ma vie où je cherchais un sens à tout », avoue humblement la chanteuse, pour qui ses enseignements ont eu des bienfaits immenses sur le manque d’estime dont elle souffrait à l’époque. « Il m’apprenait à ne pas me juger. Tout doucement, il m’a expliqué le pouvoir de l’intention. J’ai fini par comprendre comment parvenir à être dans le moment présent. Ce n’est pas en tentant d’arrêter de penser ou de faire fi du négatif qu’on y parvient, mais plutôt en modifiant notre attitude face aux imprévus. Ce que le yoga et la méditation me permettent, c’est de respirer dans des moments plus chaotiques et, surtout, de ne pas me prendre au sérieux. »Le renouveau est infiniment stimulant pour celui qui l’accueille. Il nous amène dans une créativité sans limite, où l’espoir reprend toute sa place. « C’est exactement là où je suis en ce moment. Je travaille à un nouvel album de chansons originales. Je cherchais depuis des années à me renouveler, mais il y avait toujours ce désir de ne pas déplaire ou de déstabiliser ceux qui me suivent depuis mes débuts. Cette fois, c’est différent, affirme-t-elle. J’ai un immense besoin de me raconter, de me révéler comme jamais. J’ai besoin de mettre des mots sur les épreuves du passé, pour continuer à avancer sereinement. On cherche parfois à l’extérieur ce qui se cache à l’intérieur de nous. Je n’étais tout simplement pas prête à le voir avant. À 40 ans, je confirme que je suis là où j’ai toujours voulu être, et ce qui est extraordinaire, c’est que le moteur de tout ce changement, c’est mon fils. Ma voix a repris des registres que je ne possédais plus, dans les hautes plus précisément, c’est magique. »

La clé pour survivre aux changements réside certainement dans le fait d’accepter qu’on aura besoin des autres pour y parvenir. La chanteuse renchérit : « Être bien entourée fait toute la différence, et je suis tellement chanceuse de ce point de vue-là. Le père de mon fils habite peut-être à l’extérieur du pays, mais c’était mon choix d’avoir un enfant dans ces conditions. Je savais que ça ne serait pas facile, alors je me suis construit un réseau d’entraide. Grâce à mes parents, à mes amis, je ne suis pas toute seule. J’ai même des moments de répit. Ça me permet de voir à quel point ce qui se dessine est le plus beau des cadeaux. »

Qu’est-ce qui inspire Ima ?

Un livre à découvrir…
L’art subtil de s’en foutre, de Mark Manson. C’est un livre teinté d’humour qui nous apprend à nous détacher de ce qui n’est pas vraiment important. Cet auteur a une écriture insolente, et j’adore ça.

Une lecture de chevet…
Practice you, d’Elena Brower. C’est un livre interactif qui prend la forme d’un journal. L’auteure invite le lecteur à partir à la découverte de lui-même ; c’est un très beau voyage à s’offrir.

Un spectacle qui t’a marquée dernièrement…
Passagers, de la troupe Les 7 doigts de la main.

Ta façon de décrocher…
Regarder n’importe quelle série sur Netflix ou Tou.tv. Ça me vide la tête en quelques secondes et ça me permet de m’endormir plus rapidement

VALÉRIE GUIBBAUD
Journaliste, animatrice et auteure • Facebook : Valerieguibbaudradiotele

Par Valérie Guibbaud

À lire aussi

Par Andréanne Blanchard
Par Andréanne Blanchard