Partager son quotidien avec les plantes

Herboristerie

On dit que la santé se cultive au quotidien. Pourquoi ne pas vous tourner vers les plantes médicinales quand vous n’allez pas bien? Explorez cet univers en invitant les plantes médicinales chaque jour dans votre vie. Un parcours vers un espace de présence à vous-même… et à la vie.

Pour apprendre à découvrir les plantes médicinales, on doit d’abord prendre quelques minutes pour ressentir comment on se sent physiquement, émotionnellement et mentalement. Ensuite, on prend par voie interne une plante préalablement choisie, soit en infusion, en smoothie, en potage, en concentré liquide, etc. On observe le chemin qu’elle emprunte dans notre corps, l’effet qu’elle a sur nous.

De l’intérieur…
Par exemple, le romarin, qui amène une douce chaleur, affine notre acuité mentale et stimule la microcirculation. Le piment de Cayenne, pour sa part, active et réchauffe notre corps, alors que l’avoine a une action apaisante et apporte une sensation de plénitude et de réconfort. Quant au héricium, il fait «crépiter» notre cerveau, le nourrit, l’aide à se régénérer et fortifie nos capacités de mémorisation, tandis que l’aunée dégage et stimule. Et il en va ainsi pour l’ensemble de ces petites merveilles de la nature.

… et de l’extérieur
Une plante utilisée par voie externe peut prendre la forme d’une crème, d’une lotion ou d’une huile de macération. Dans un bain aromatisé, on ressent l’effet qu’elle a sur notre être tout entier.

Ainsi, il est possible d’établir des liens entre la plante et les réactions de notre être, identifiant du coup ses propriétés; on ancre dans notre corps une connaissance plus intime de l’essence de la plante. Apprendre à connaître les plantes, une à la fois, c’est comme rencontrer une personne, individuellement, et approfondir sa relation avec elle, en comparaison à rencontrer sommairement celle-ci dans un 5 à 7 avec plusieurs personnes.

À travers ce processus de découverte, on apprend également à mieux se connaître, à découvrir ce qui fait du bien à notre corps. On observe aussi comment il réagit aux plantes. Est-on davantage de ce type de personne pour qui un dosage infime suffit afin d’obtenir un effet, ou bien a-t-on plutôt besoin d’un dosage plus important? Toutes ces informations nous seront bien utiles lorsque l’on sera malade ou en moins bonne condition. Notre connaissance des plantes nous aidera à mieux utiliser celles-ci et à retrouver la santé plus rapidement.

Une fois que nous les connaissons bien, intégrer les plantes médicinales à notre quotidien comporte de nombreux avantages. Ceci nous permet entre autres de prendre soin de soi naturellement, de soutenir notre être et notre esprit, et de maintenir plus facilement notre équilibre.

Plantes nutritives et toniques
Les plantes nutritives et toniques peuvent habituellement être prises quotidiennement, tout au long de l’année, comme l’astragale, l’avoine et l’ortie. Il est possible d’alterner les plantes utilisées au fil des jours afin de varier les goûts. On les prend individuellement ou en mélange d’infusion. Il est plus facile de maintenir sa vitalité et son énergie en nourrissant son corps quotidiennement de ces précieux élixirs, plutôt que d’attendre d’être au bout de ses capacités, voire en burn-out. On peut même en consommer un peu plus intensément trois à six fois par jour dans les périodes où le besoin se fait sentir.

Plantes dépuratives
Les plantes nettoyantes et dépuratives légères sont intéressantes à consommer hebdomadairement. Par exemple, le pissenlit soutient les organes d’élimination importants, et le trèfle rouge aide à purifier le sang. Tous deux sont aussi très riches en nutriments. On les prendra deux à quatre fois par semaine, en infusion ou en concentré liquide. Durant quelques semaines au printemps — et parfois à l’automne, selon le mode de vie — un traitement de trois à six semaines, à raison de deux à trois infusions par jour, de plantes réputées pour nettoyer et soutenir les organes d’élimination peut s’avérer d’une grande aide. Dans notre société où notre corps est en contact avec beaucoup de produits chimiques et soumis à divers excès, elles auront un effet des plus bénéfiques.

Plantes anticancer
Une cure de deux à trois semaines, une à deux fois par an, de plantes anticancer serait tout à fait approprié, la maladie touchant de plus en plus de gens. Plusieurs plantes, dont le pissenlit, les champignons médicinaux (reishi, chaga, shitaké, flammuline, etc..) comportent des propriétés anticancer. On privilégiera les décoctions longues ou encore les concentrés liquides, et, pour les champignons médicinaux, les doubles extractions (mélange de macération dans l’alcool et de décoction). Voilà des alliées qui aideront nos cellules à rester en santé et notre corps, à garder son équilibre.

Les plantes dépuratives, anticancer ou stimulantes ne devraient pas être prises chaque jour régulièrement; elles risqueraient de surstimuler le corps ou, dans le cas des dépuratives, de créer un épuisement. Il donc recommandé de les prendre quelques semaines et de faire une pause, pour ensuite les consommer à nouveau s’il y a lieu.

Des plantes dans les cosmétiques et l’alimentation
Si on veut intégrer les plantes dans notre quotidien, on doit considérer aussi l’aspect cosmétique. La peau est notre plus gros organe d’absorption. En utilisant des produits sains pour notre corps, voire thérapeutiques, on prend soin de soi de façon toute simple. Beaucoup de plantes peuvent également être intégrées dans l’alimentation quotidienne; c’est une autre belle façon de se nourrir en apportant un petit plus à notre santé et à nos papilles gustatives.

Des plantes en élixirs floraux
Pour atteindre l’équilibre et s’assurer une bonne santé, on doit émotionnellement être serein. Néanmoins, prendre soin des parties de soi qui ont besoin de soutien et être à l’écoute de ce qui a besoin d’être entendu en soi n’est pas toujours facile!

On parle souvent de s’habiter, d’être présent, de prendre sa place… Comment sonnent ces notions à vos oreilles et dans votre cœur? Êtes-vous à l’aise de prendre votre place? Et si je vous demande de prendre votre juste place, ni plus ni moins, est-ce que cela passe mieux? Rappelez-vous qu’il est possible de s’épanouir sans prendre toute la place et de le faire de façon équilibrée.

Beaucoup de problèmes de santé et de tensions sont liés au fait de ne pas savoir comment prendre sa juste place dans le grand théâtre de la vie. Plusieurs élixirs floraux s’avèrent intéressants pour nous accompagner dans cette démarche qui prend souvent plusieurs années. Découvrons quelques élixirs qui peuvent nous amener à être bien, à prendre notre juste place et, par ricochet, à être plus en santé.

Ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir?
Utiliser les plantes médicinales chaque jour, c’est nourrir son corps et son âme, et prendre soin de sa vitalité. De plus, ces plantes sont de magnifiques et efficaces alliées pour instaurer de nouveau l’équilibre dans son être. Je vous suggère donc de les inviter dans votre quotidien et, pourquoi pas, d’en prendre une petite bouchée au fil de vos randonnées en pleine nature. Vous y découvrirez des merveilles dont vous ne pourrez plus vous passer.

À CHAQUE ÉLIXIR SES VERTUS…

  • Achillée (Achillea millefolium): il défend des influences et attaques négatives.
  • Alchémille (Alchemilla mollis): il contribue à restaurer la fluidité aussi bien des idées que des comportements.
  • Basilic (Ocimum basilicum): il protège. Il permet d’ouvrir son cœur en confiance. Il aide les personnes qui ont peur du rejet.
  • Centaurée bleue vivace (Centaurea montana): il stimule la capacité de se sentir en unité avec d’autres et favorise l’aspect social de l’être. Il aide au travail d’équipe et à la collaboration.
  • Courgette (Cucurbita spp.): il libère de la frustration et de la colère. Il permet aux toxines de s’éliminer. Il aide à s’extérioriser, à s’exprimer, à prendre sa place.
  • Dahlia (Dahlia spp.): il est un accueil à la vie. Il est utile aux personnes qui souffrent de retenue excessive.
  • Gaillet (Galium verum): il apporte une sensation de sécurité profonde.
  • Impatiente (Impatiens spp.): il agit fortement sur les voies urinaires en les libérant des excès et des dépôts, dont il facilite la fluidité. Il débarrasse de l’insécurité et de la peur de manquer de quelque chose.
  • Lierre terrestre (Glechoma hederacea): il rassure et confirme, apportant une grande sécurité.
  • Linaire (Linaria vulgaris): il est utile aux personnes qui souffrent d’inhibition, de difficulté à s’exprimer.
  • Mélèze (Larix laricina): Il mène vers l’authenticité et la révélation de sa vraie nature, de son moi souvent enfoui sous les contradictions et les principes. Il libère de la peur d’être moins que ce que les autres pensent de soi. Il libère de l’attachement aux apparences et à la réputation. Il aide à saisir les nouvelles opportunités, à accepter avec joie le défi d’un nouveau départ, d’un nouveau dépassement.
  • Menthe poivrée (Mentha x piperita): il permet de s’ouvrir à de nouvelles possibilités et de voir plus grand que les limites acquises.
  • Némophile (Nemophila menziesii): il favorise l’attitude de confiance en la vie et en sa propre habileté à se créer de belles réalités selon ses choix.
  • Nigelle (Nigella damascena): il stimule le respect de soi et l’amour inconditionnel. Il aide à vivre près de personnes dont les choix de vie et les vibrations semblent contraires. Il permet de percevoir clairement sa place et de la prendre.
  • Rue (Ruta graveolens): il aide à établir son territoire et à ne pas se laisser avoir par ce qui est extérieur à sa propre nature et à ses désirs profonds.
  • Scrofulaire (Scrofularia nodosa): il célèbre l’autonomie et la confiance en soi. Il dégage du besoin des autres de s’accrocher à soi et de son propre besoin de s’accrocher. Il équilibre les relations humaines, sans dépendance à qui ou à quoi que ce soit. Il apporte la confiance en soi. Il aide à prendre sa juste place.

NATACHA IMBEAULT

Maître herboriste et Hta (Herboriste thérapeute accréditée), Directrice de l’Herbothèque
www.herbotheque.com • Facebook :  Herbotheque

Par Natacha Imbeault

À lire aussi

Par ­Dr ­Réjean ­Savoie, F.R.C.S.C et ­Gemma ­Aucoin-Gallant, ­Ph.D.