Se réchauffer de l'intérieur

Pour plusieurs, saison froide rime avec froidure intérieure ! Nez, doigts et orteils gelés… parfois, on a même l’impression d’avoir de la glace à l’intérieur de nous ou d’être totalement devenu une banquise ! Un métabolisme lent, un dérèglement de certaines glandes, une mauvaise circulation, la maladie de Raynaud ou un poids insuffisant sont toutes des raisons qui peuvent causer ce froid intérieur, entraînant une moins bonne résistance.

Facilement accessibles à l’épicerie, trois plantes, fraîches ou séchées, améliorent la circulation sanguine et la circulation périphérique (dans les extrémités).

Gingembre (Zingiber officinale) : il améliore la circulation dans les vaisseaux et capillaires, ainsi que la circulation périphérique. Il stimule la vasomotricité, c’est-à-dire la contraction et la dilatation des parois des vaisseaux sanguins, en agissant sur la musculature lisse. Il est aussi utile pour réchauffer dans les cas de début de rhume avec frissons et sensation de froid. Le gingembre est un tonique pour le cœur. En plus d’activer la circulation, il réchauffe, soulage la douleur et agit comme rubéfiant. Quand les pieds et les mains sont froids, une tisane de gingembre ou un concentré liquide sont très intéressants. Il est aussi recommandé pour la maladie de Raynaud. On peut également en faire une compresse à appliquer en externe localement. Pour ce faire, on utilise une décoction concentrée avec laquelle on imbibe un tissu pour recouvrir la
zone affectée.

Piment de Cayenne (Capsicum annuum) : il active la circulation, réchauffe et soulage la douleur. Pris en interne, la capsicine de son fruit stimule globalement la circulation sanguine jusque vers les mains, les pieds et les organes centraux. Dans les cas d’engelures, on peut en prendre en interne (concentré liquide ou saupoudré dans un peu d’eau tiède) ; on peut aussi en appliquer en externe (concentré liquide ou liniment de Cayenne) sur les engelures pour ramener la vie et la circulation. Ne pas frotter, car la chaleur du Cayenne est suffisante. Le piment de Cayenne est un rubéfiant qui augmente la circulation à la surface de la peau. Un bain de pieds avec du concentré liquide ou de la poudre de Cayenne, ou une compresse faite avec une infusion de piment de Cayenne sont merveilleux pour ramener rapidement de l’énergie et de la chaleur dans les extrémités. De l’huile ou de l’onguent de piment de Cayenne en cas de mauvaise circulation ou de congestion sont aussi très utiles.

Romarin (Rosmarinus officinalis) : il stimule la circulation périphérique de façon douce, mais efficace. Il est, lui aussi, recommandé pour la maladie de Raynaud. Excellent soutien pour le cœur et la circulation générale, il facilite les contractions cardiaques et augmente la circulation coronarienne et générale. C’est une plante qui contribue au bon fonctionnement général du métabolisme et qui aide les personnes au métabolisme trop lent. Le romarin permet de mieux amener la chaleur partout. Il est donc utile quand les extrémités sont froides.

Autres plantes intéressantes
Ail
(Allium sativum) : il améliore la circulation périphérique.

Angélique (Angelica archangelica) : elle stimule la circulation sanguine vers les capillaires. Elle est utile pour traiter la mauvaise circulation.

Aubépine (Crataegus spp.) : elle renforce le cœur et régularise le rythme cardiaque. Elle augmente le débit de la circulation coronarienne. On l’utilise dans les cas d’insuffisance cardiaque modérée, de troubles du rythme cardiaque (palpitations, tachycardie, arythmie, bradycardie). Grâce à ses flavonoïdes (vitexine, rutine, quercétine, hyperoside), elle détend et dilate les artères coronaires, augmentant ainsi le flot sanguin vers le cœur, qui est alors mieux nourri. Vasodilatatrice, elle diminue la contraction des vaisseaux capillaires.

Ginseng américain (Panax quinquefolius) : c’est une plante adaptogène qui améliore la condition générale de l’organisme, protège le cœur et stimule la circulation sanguine.

Raifort (Armoracia rusticana) : sa racine stimule la circulation sanguine, par voies interne et externe (c’est un rubéfiant). Elle est réchauffante et favorise la circulation périphérique ainsi que la circulation des extrémités (pieds et mains).

Pour mieux bénéficier des vertus des herbes médicinales, il est préférable de choisir des plantes issues de l’agriculture biologique.

ME103_Fevrier2020

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Boisson réchauffante au gingembre et piment de Cayenne

 

• 500 ml d’eau
• 30 ml de gingembre frais, râpé
(meilleur au goût) ou 15 ml de gingembre en poudre
• 60 ml de miel (facultatif)
• 60 ml de jus de citron (facultatif)
• Un soupçon de piment de Cayenne en poudre

Mettre l’eau et le gingembre dans un petit chaudron avec un couvercle. Laisser mijoter 5 minutes à feu doux, retirer du feu et laisser reposer 10 à 15 minutes. Si désiré, ajouter le miel et le citron. Servir dans une tasse avant de saupoudrer de piment de Cayenne, brasser et boire bien chaud. Important : ne pas faire chauffer le piment de Cayenne, le saupoudrer juste avant de consommer, sinon en chauffant, il devient irritant pour le système digestif de plusieurs personnes.

Si vous avez très froid, buvez 500 ml de boisson bien chaude en l’espace de 30 minutes ; votre chauffage interne sera réactivé.

ME103_Fevrier2020

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Décoction de romarin et gingembre pour usage externe

• 30 ml de gingembre frais, râpé ou 15 ml de gingembre en poudre
• 45 ml de romarin frais ou séché
• 500 ml d’eau

Mettre tous les ingrédients dans un petit chaudron avec un couvercle. Laisser mijoter 10 minutes à feu doux, retirer du feu et laisser reposer 10 à 15 minutes. Si trop refroidie, faire réchauffer jusqu’à une chaleur agréable qui ne brûlera pas la peau. Filtrer. Imbiber une serviette de ce mélange, appliquer et garder au chaud. Laisser en place 15 à 30 minutes. 

Cette décoction appliquée en compresse bien chaude s’utilise en cas de douleurs dues aux rhumatismes ou au surmenage, en frictions pour les foulures et entorses, ou encore quand les extrémités sont froides et que la circulation ne se fait pas bien.

Pommade antidouleur et réchauffante

• 30 ml de macérat huileux* au romarin
• 30 ml de macérat huileux* de gingembre
• 45 ml de macérat huileux* de piment de Cayenne
• 30 ml de cire d’abeille

Faire fondre au bain-marie la cire d’abeille dans le mélange d’huile. Retirer du feu aussitôt que c’est fondu, et empoter. Appliquer au besoin sur toutes les parties qui sont froides ou douloureuses.

*Pour faire un macérat huileux, mettre dans 90 ml d’huile d’olive ou de tournesol 45 ml de plante séchée au choix (gingembre, piment de cayenne, romarin). Les plantes doivent être écrasées en très petits morceaux ; éviter de les réduire en poudre pour ne pas qu’elles se déposent dans le fond du pot. Bien brasser chaque jour durant une semaine, ensuite laisser reposer à la température ambiante et à l’abri de la lumière 11 semaines. Filtrer et bien presser. Votre macérat huileux pour usage externe est prêt à être utilisé tel quel ou dans une recette comme -ci-dessus.

On pourrait ajouter à ces recettes une ou plusieurs des autres plantes intéressantes afin d’en varier les goûts et effets. Tout est dans la façon de les utiliser. Autres avantages du romarin et du gingembre : ce sont des toniques immunitaires, antiseptiques et antibactériens. Une autre bonne raison de les intégrer à notre trousse hivernale de base !

 

_____________________________________________________________________________________________
NATACHA IMBEAULT
Maître herboriste et Hta (herboriste thérapeute accréditée), auteure, conférencière, thérapeute multidisciplinaire et directrice de l’Herbothèque, un institut qui offre des formations en santé naturelle (herboristerie, aromathérapie, naturopathie, reiki, etc.), en personne et par correspondance, partout dans la francophonie depuis 1994.

Une multitude d’informations gratuites et de ressources sur la santé naturelle et les plantes sont disponibles lors du symposium Médecine de la Terre et sur le blogue de l’Herbothèque, www.herbotheque.com ou 819 326‑4516.

Note : si vous êtes enceinte, allaitez, avez une maladie ou prenez une médication, assurez-vous que les plantes que vous voulez consommer sont recommandées dans votre condition. Notez que les recommandations faites ici s’appliquent aux plantes telles qu’utilisées en herboristerie. Elles ne concernent pas les huiles essentielles, qui comportent beaucoup de précautions quant à leur utilisatio

Par ­Natacha ­Imbeault

À lire aussi

Par ­Dr ­Réjean ­Savoie, F.R.C.S.C et ­Gemma ­Aucoin-Gallant, ­Ph.D.