Plantes médicinales, quelques incontournables à cultiver chez soi

herboristerie

Cultiver les plantes médicinales est un processus assez simple. Chacun d’entre nous peut le faire. Votre cuisine et les outils qui s’y trouvent suffisent. Si vous disposez d’un espace de culture plus important (une terrasse, par exemple), prévoyez en cultiver une plus grande diversité. Si vous disposez de peu d’espace, l’idéal est de transformer vos plantes médicinales en concentré liquide, huile médicinale et autres types de produits afin de maximiser l’utilisation des matières premières. Voyons ensemble comment y parvenir !

Quelles plantes choisir en premier ?
La réponse à cette question est très variable et dépend de vos besoins de santé et de ceux de votre famille. Si vous avez un petit espace, je vous suggère de cultiver des plantes qui se trouvent peut-être moins facilement en épicerie, fraîches ou séchées, biologiques, bien transformées et à un coût abordable. Ainsi, votre jardin sera un parfait complément à ce que vous pouvez acquérir facilement et il garnira votre pharmacie naturelle.

Voici quelques plantes médicinales que l’on trouve assez facilement en épicerie : ail, aneth, basilic, piment de Cayenne, coriandre, curcuma, fenouil, gingembre, lavande, sauge, menthe, thym, raifort, romarin, etc. J’approfondirai ici les bienfaits des quelques plantes médicinales qui viendront bien compléter par leurs actions thérapeutiques celles mentionnées précédemment.

On peut les faire pousser en pots. Si on les intègre au jardin, on aura avantage à les répartir un peu partout, au milieu des légumes et autres plantes. Les arômes prononcés de plusieurs plantes médicinales et leur grande concentration d’huile essentielle aident à éloigner certains insectes nuisibles. Même si, la première année, vous avez l’impression d’avoir laissé trop d’espace entre les plants, ne vous en faites pas : ils finiront par combler tout l’espace.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Achillée millefeuille (Achillea millefolium)
L’achillée millefeuille est une vivace de culture facile. Elle pousse également à l’état sauvage. Si elle s’est implantée naturellement dans votre jardin, elle a probablement déjà choisi le sol et le secteur qui lui conviennent le mieux. Laissez-la à cet endroit si possible. Les graines ont besoin de lumière pour germer. L’achillée aime un sol bien drainé et tolère la sécheresse. On peut la placer au soleil dans un sol pas trop riche. Elle apprécie le calcium. Pour qu’elle reste belle et en santé, il est bon de la diviser et de la changer de place tous les trois ans. On utilise les sommités fleuries et les feuilles.

Voici ses principales propriétés médicinales. Tonifie la circulation, utile dans les cas de phlébite, varices et jambes lourdes. Spécialiste de la fièvre, hyper intéressante pour les enfants en combinaison avec la cataire. Tonifie et régularise le système reproducteur féminin, et aide à éliminer les excès d’œstrogène. Soigne les kystes, les fibromes, l’endométriose et aussi à la préménopause.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Calendule (Calendula officinalis)
La calendule est une plante annuelle. On peut semer à la volée les graines et les couvrir légèrement. Ses besoins nutritifs sont minimes. On la placera dans une terre meuble, en plein soleil, et un arrosage sera nécessaire à raison de 3 à 4 cm d’eau par semaine, seulement si le sol devient vraiment très sec. Pour avoir une bonne production de fleurs, il est préférable de laisser une distance de 30 cm entre les plants. On utilise les sommités florales.

Voici ses principales propriétés médicinales. Spécialiste de la peau, la calendule est cicatrisante, anti-inflammatoire, antifongique et antiseptique. L’onguent est utile en soin quotidien ou pour soigner différents problèmes : coupure, eczéma, champignon, brûlure, ulcère, etc. En interne, elle régularise le cycle menstruel, a une action bénéfique sur le foie et apaise tout le système digestif.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Camomille allemande (Matricaria recutita)
La camomille est une annuelle et tolère mal la compétition. Les graines sont minuscules, on les saupoudre à la surface de la terre et on vaporise de l’eau pour éviter de les enfouir avec un jet d’eau trop fort. On la met en plein soleil et on doit s’assurer d’éviter la sécheresse ; donc, un apport d’eau suffisant, ou un léger paillis, sera requis pour retenir l’humidité. La camomille préfère les sols au pH d’environ 7, légers, sablonneux auxquels on ajoutera un compost bien mûr. On utilise les fleurs.

Voici ses principales propriétés médicinales. Calmante et digestive, c’est une excellente plante pour les divers troubles digestifs. On l’utilise dans plusieurs états de nervosité (stress, hystérie, enfants agités, etc.). Son effet apaisant sera bienfaisant pour l’agitation, les percées dentaires, etc. En usage externe, son action anti-inflammatoire soulage les démangeaisons de la peau ainsi que les douleurs musculaires.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Cataire (Nepeta cataria)
La cataire est une vivace qui peut être semée directement au jardin, mais vous aurez de meilleurs résultats en commençant à faire pousser des plants à l’intérieur vers le début avril (au Québec). Elle préfère le soleil, mais tolère la mi-ombre. Le sol sera de préférence meuble, sablonneux et bien drainé avec un pH entre 5,8 et 7,5. Il faut une distance d’au moins 30 cm entre les plants et de 60 cm entre les rangs si vous en faites beaucoup. Il est important de bien désherber en début de croissance, car la cataire n’aime pas trop la compétition. Autre point primordial pour assurer la survie de vos jeunes plants, ceux-ci doivent absolument être protégés des chats qui en raffolent, d’où son nom commun d’herbe à chat ! On utilise les sommités fleuries et les feuilles.

Voici ses principales propriétés médicinales. Analgésique, antispasmodique, calmante, carminative, diaphorétique, digestive, emménagogue et sédative, c’est la plante des enfants. Elle est indiquée dans plusieurs cas : agitation, fièvre, maladies infantiles et contagieuses, cauchemars, coliques. Elle soulage aussi les menstruations douloureuses et elle facilite la digestion.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Hysope (Hyssopus officinalis)
Elle se propage plus facilement par division de plants, mais on peut aussi faire des semis. Comme elle pousse lentement, elle prendra deux à trois ans avant d’atteindre une grosseur satisfaisante pour la récolte. Elle aime un sol sec, bien drainé, rocailleux, riche en calcium avec un pH idéalement situé entre 6 et 7. Elle préfère être en plein le soleil, et on l’arrose par temps très sec seulement, car elle craint l’humidité. Il faut laisser au jardin un espace de 45 à 60 cm entre les plants. On peut diviser les plants tous les quatre ans environ. On utilise les sommités fleuries.

Voici ses principales propriétés médicinales. Antispasmodique, expectorante, diaphorétique, fébrifuge, carminative et sédative, l’hysope est très utile pour les rhumes et les grippes, l’asthme, la bronchite et d’autres problèmes respiratoires. Elle est très efficace pour diminuer les sécrétions abondantes. On la considère aussi comme un tonique du système nerveux, est bénéfique en cas d’angoisse, d’anxiété, d’hystérie et dans certaines formes d’épilepsie. Elle favorise la détente et permet de récupérer d’un épuisement nerveux.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Mélisse (Melissa officinalis)
Il est préférable de faire les semis à l’intérieur vers la mi-avril au Québec. Le feuillage sera plus luxuriant si on installe la plante à la mi-ombre, bien qu’elle tolère le plein soleil. Elle aime un sol bien drainé, pas trop riche et frais. On devra l’arroser par temps sec, et pour qu’elle puisse survivre à nos hivers, un léger paillis sera indiqué. Comme elle s’étend beaucoup, on laissera donc 45 cm environ entre les plants. Elle se propage bien par division des plants après trois ou quatre ans. On utilise les sommités fleuries et les feuilles.

Voici ses principales propriétés médicinales. C’est la plante qui ramène la joie. Cet excellent antistress calme et apaise. La mélisse est efficace dans les cas de migraines et de vertiges. Elle aide les personnes vulnérables au stress ou qui ont tendance à manger leurs émotions. Elle leur permet de se détacher des soucis afin de prendre un bon moment de répit. Elle énergise sans nervosité. Elle est aussi un tonique de l’estomac et a un effet calmant sur le tube digestif. On l’emploie dans les cas de troubles digestifs d’origine nerveuse, indigestion, crampes, spasmes, etc. La mélisse a aussi une action antivirale des plus utiles contre le virus de l’herpès responsable des fameux feux sauvages.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

Ortie (Urtica dioica)
Elle est facile à faire pousser à partir de la graine. Elle aime les sols qui restent humides et qui sont très riches en matière organique. Elle tolère la mi-ombre, mais se développe mieux en plein soleil. C’est une plante qui se répand rapidement par la racine, une fois bien installée. Donc, si on ne veut pas qu’elle devienne envahissante, on doit délimiter l’espace qu’on veut y allouer avec une bordure profonde d’au moins 10 cm dans le sol et 10 cm hors-sol. De plus, si vous la laissez monter en graine, elle se ressèmera à tous vents ! Comme elle est urticante pour plusieurs personnes à son contact, on ne veut pas en avoir partout au jardin malgré ses merveilleuses propriétés et usages tant culinaires que médicinaux. On utilise principalement les sommités fleuries et les feuilles.

Voici ses principales propriétés médicinales. Elle soutient et tonifie tout l’organisme, régénère le corps et stimule la vitalité. Elle est très nutritive et reminéralisante. C’est la spécialiste du fer : elle en contient beaucoup et aide à son assimilation. Excellente lors de fatigue et d’anémie. Elle nettoie le sang, tonifie les reins et est légèrement diurétique, donc très utile en cas de troubles urinaires, de problèmes de prostate, et même de raideurs articulaires. On la recommande également pour divers problèmes de peau (eczéma, psoriasis, urticaire). Elle fortifie les cheveux et stimule leur croissance. L’ortie favorise la santé globale. Prise à long terme, elle diminue grandement les réactions allergiques.

Dans votre platebande, pelouse ou jardin, plusieurs plantes sauvages médicinales peuvent y pousser spontanément. Plutôt que de désherber à l’entour de ces plantes, sachez qu’elles ne nuiront pas à la croissance des autres. Vous pouvez donc les laisser pousser librement et les récolter plus tard. Même dans des pots, laissez-en une ou deux aux côtés de vos médicinales : plantain, trèfle rouge, lierre terrestre, euphraise, prunelle, pissenlit, etc. Ou en bordure du jardin : verge d’or, millepertuis, framboisier, et des centaines d’autres plantes et arbres médicinaux.

Prenez soin de vos plantes, et elles prendront soin de vous !

Natacha Imbeault
www.herbotheque.com

Par ­NATACHA ­IMBEAULT

À lire aussi

Par Natacha Imbeault et le collectif Herbothèque
Par ­Les ­Mauvais ­Herbes