L’importance de se reposer au moment des menstruations

Santé féminine

On parle souvent des avantages extraordinaires du repos pendant les menstruations. Mais à quoi ça ressemble dans la vraie vie ? Comment prendre du temps pour se reposer alors que le rythme de vie semble impossible à ralentir ?

Respecter ses besoins
Avoir une bonne nuit de sommeil est crucial pour notre santé et a un effet énorme sur notre humeur et notre motivation. Honorer notre besoin de repos durant nos menstruations peut nous être très bénéfique. Cela nous permet de reconstituer notre énergie afin de pouvoir entrer dans un nouveau cycle totalement aligné.

Comme nous avons besoin de sommeil supplémentaire après une semaine chargée ou stressante, notre corps peut aussi demander plus ou moins de repos lors des menstruations (notre hiver intérieur). Arrêter de se sentir coupable quand on se repose demande beaucoup de travail. Prendre une journée entière (ou des jours) pour soi-même semble impossible par moments.

Il y a quelques années, prendre même une demi-journée de congé était un énorme défi pour moi ! Et même si je ne travaillais pas, j’arrivais quand même à remplir ma journée de tâches de selfcare — marche, lecture, journaling, yoga doux. Je ne savais pas comment faire autrement. J’arrivais à la fin de ma journée en me rendant compte que j’avais remplacé une liste de tâches par une autre.

Embrasser le repos est une pratique qui devient de plus en plus aisé avec le temps. Plus j’expérimente les bienfaits de me reposer pendant mon hiver intérieur, plus c’est facile de m’y plonger. Être capable de se reposer pendant les menstruations nécessite une planification et des limites claires. Mais vous verrez, les récompenses sont immenses, car elles auront un effet d’entraînement positif dans toutes les sphères de votre vie.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

1. Notez sur l'agenda votre cycle menstruel
Au début de chaque cycle, notez la date à laquelle vous prévoyez avoir vos prochaines règles. Si vous vivez avec un.e partenaire ou une famille, assurez-vous que tout le monde en est conscient pour pouvoir vous soutenir.

Si vous avez des cycles irréguliers, ou même un cycle qui varie de quelques jours — comme la plupart d’entre nous —, ça risque d’être plus difficile à planifier. La symptothermie (vérification de la glaire cervicale et prise de la température basale de votre corps chaque jour) peut aider à localiser l’ovulation et à estimer la date à laquelle vos règles arriveront.

La phase lutéale (le temps entre l’ovulation et les menstruations) se situe toujours entre le 11e et 15e jour. En connaissant votre date d’ovulation, vous pourrez estimer plus précisément quand vos menstruations arriveront. Cette connaissance vous permettra de profiter de la synchronisation de vos cycles. C’est un outil particulièrement puissant si votre cycle est irrégulier, car il élimine les conjectures.

ME112

©Shutterstock - Magazine Mieux Etre

2. Créez de l’espace pendant votre hiver intérieur
Cette partie diffère selon le style de vie, le travail et les engagements. Pour ma part, je me suis créée une vie où je peux choisir mon propre horaire. Généralement, je me réserve deux à trois jours où je n’ai ni rendez-vous, ni réunions, ni délais de création non négociables. Chaque fois que j’inscris quelque chose dans mon calendrier, je planifie le moins d’obligations possible durant cette semaine. Se donner plus d’espace augmente les possibilités de bouger les choses si les règles arrivent plus tôt ou plus tard.

L’espace et la flexibilité sont essentiels ici, alors apprenez à dire non à tout ce qui n’est pas nécessaire (ou reprogrammez-le plus tard dans votre cycle). Nous avons été toutes conditionnées pour placer les besoins des autres avant les nôtres, nous avons donc tendance à dire oui et à surcharger nos assiettes par peur de décevoir ou d’être perçues comme égoïstes. C’est le moment idéal pour pratiquer la superpuissance du discernement et d’entraîner votre muscle du NON. Croyez-moi, vous serez contente de l’avoir fait !

Même si vous travaillez de 9 h à 17 h, vous pouvez faire beaucoup de choses pour créer de l’espace. Par exemple : commandez votre épicerie en ligne durant votre automne (avant les règles), essayez le batch cooking pour ne pas avoir à cuisiner, dites NON (ou « pas maintenant ») à ce projet supplémentaire au travail, refusez l’invitation à dîner ou même laissez tomber le gym au profit d’une heure de sommeil supplémentaire. L’organisation est la clé pour réussir à prendre quelques heures pour soi-même.

ME112

©shutterstock - Magazine Mieux Etre

3. Commencez par des petites actions concrètes, un pas à la fois
Prendre une journée entière pour se reposer peut être totalement irréaliste pour vous en ce moment, et c’est parfait comme ça.

Réfléchissez à quoi ressemblerait votre moment de repos idéal, puis demandez-vous comment vous pouvez créer 1 % de cette réalité dès maintenant.

Pourriez-vous éteindre votre téléphone au retour du travail et vous coucher plus tôt ? Votre partenaire (ou un.e amie) pourrait-il.elle sortir de la maison avec les enfants pendant une heure afin que vous puissiez en profiter pour faire une sieste ? Serait-il possible de vous commander un repas au lieu de cuisiner pour créer un peu plus d’espace dans votre journée, ou encore de prendre cinq minutes de douceur pour poser vos mains sur votre ventre et respirer profondément ?

Commencez par ce qui vous semble réalisable, puis demandez-vous : « Que puis-je faire d’autre pour répondre à mes besoins en ce moment ? » Le plus beau dans tout ça ? Vous pouvez commencer cette pratique dès aujourd’hui ! Vérifiez la date de vos prochaines règles et commencez à réfléchir à des moyens pour créer un espace de repos profond pendant ces quelques jours. Quelles décisions pourriez-vous prendre cette semaine pour vous assurer que ça se réalise ?

Sachez que, peu importe à quel point votre vie est chargée, vous avez le pouvoir de vous prioriser. Les options sont infinies si vous trouvez le courage de demander exactement ce dont vous avez besoin, et les récompenses en valent absolument la peine

Marie-Pier Deschênes
www.mariepierdeschenes.com

Par ­Marie-Pier ­Deschênes

À lire aussi

Par Natacha Imbeault et le collectif Herbothèque
Par ­Les ­Mauvais ­Herbes